top of page
Rechercher

Le DSM: la saga (pas toujours reluisante) du fameux manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux. (Partie 1)

Saviez-vous que le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) a été largement modifié depuis son apparition en 1952? Influencé par les mœurs sociales et l’évolution de nos connaissances scientifiques, le DSM connaît son lot de critiques et de doutes. Explorons!




 

Dès la première édition, la schizophrénie, le trouble bipolaire, la dépression majeure y figurent déjà. Le terme « anxiété » apparaît également.

 

En 1968, la seconde édition regroupe divers troubles anxieux sous le terme « névrose » et ajoute également les troubles de la personnalité, sans classement. Mais la tristesse de cette seconde édition du fameux livre est l’apparition de l’homosexualité à titre de trouble de santé mentale.


Bien que l’homosexualité ait été retirée du DSM-II en 1973, elle a été remplacée, jusqu’en 1987, par une série de diagnostics qui ont contribué à voir l’homosexualité comme pathologique. 

 

C’est la troisième édition, en 1980, qui apporte le plus de spécificités. D’ailleurs, c’est à cette époque qu’on commence à parler de surdiagnostics, de subjectivité et de médicalisation excessive. Le DSM-III introduit le système multiaxial de diagnostic et spécifie les troubles anxieux et les troubles de l’humeur.

 

En 1994, l’univers de la santé mentale est marqué par la reconnaissance de troubles importants de notre ère : les troubles de l’alimentation, le trouble de l’attention et de l’hyperactivité, le stress post-traumatique et les troubles dissociatifs. Le DSM-IV marque le tournant avec ses critères diagnostiques.

 

C’est finalement en 2013 que l’édition la plus récente apparaît. Dans celle-ci, on y retrouve une fusion des troubles dits « autistiques » pour leur donner l’appellation du Spectre de l’Autisme. On y ajoute également les dépendances et les troubles neurocognitifs.

 

ET MAINTENANT... ON JETTE OU ON LIT?


Le DSM demeure un cadre de référence dans le domaine de la psychiatrie, fournissant un cadre commun pour la classification et le diagnostic des troubles mentaux. Cependant, la communauté médicale reconnaît généralement la nécessité continue de révisions et d'améliorations.


Faire preuve d'ouverture d'esprit et, au final, la base même de la science...


XOX



Nos sources pour la rédaction de cet article:

Comentarios


bottom of page